Synchronisons nos carbus !

Article paru dans ULMiste n°10, juin 2012

 

Synchronisons nos carbus !

 

Pascal Mallet

 

Dés lors qu’un moteur possède au moins 2 carburateurs il faut les synchroniser entre eux afin de respecter un équilibre des pressions et débits. Cette opération n’est pas très difficile et répond toujours aux mêmes principes. Il faut que les boisseaux  ou papillons soient positionnés identiquement sur leurs butées de ralenti et qu’ils montent ou tournent ensemble sans décalage.  Ce réglage se fait bien évidement lorsque que l’on vient de terminer l’installation d’une commande de gaz quand la machine est neuve ou après toute intervention sur la commande ou les câbles d’accélérateur et à chaque inspection toutes les 100 heures environ. Une première fois vers 30h peut se révéler nécessaire, chaque élément de la commande ayant pris sa place. A chaque 100h si le réglage précédent était bien fait, il n’est parfois pas nécessaire de toucher et le contrôle ne prend alors que quelques minutes.

582 avec silencieux d’admission       

582 avec filtre à air double

503 avec 2 filtres coniques

Sur une moto à 4 cylindres ou sur un 912 il faut un outillage spécifique pour faire une bonne synchro, un dépressiomètre.

Il en existe un avec des cadrans à aiguilles, un autre avec des billes, un qu’on appelle colonne à mercure et un autre qui est électronique. On relie les carburateurs au dépressiomètre avec des tuyaux  et on mesurera les écarts de pression. Si celles-ci ne sont pas équilibré les aiguilles, billes, niveau de mercure ou positionnement des leds ne correspondront pas.  Selon les cas de figure on agira sur des vis ou des butées pour ajuster les pressions. Cette opération se fait moteur tournant.

 La synchronisation des carburateurs  de nos moteurs Rotax 2 temps ne requière pas d’outillage spécifique et se fait moteur à l’arrêt.

Un tournevis plat, un foret de 7 ou 8mm, et une clé de 9 suffira  !!

 Pour ce contrôle  il faut avoir enlevé les filtres à air ou le silencieux d’admission. Il faut bien entendu que les câbles de commande et les gaines soient en état. La commande de gaz doit fonctionner correctement sans coincement. Sur les 3 axes, il n’y a en principe qu’une commande d’accélérateur. Même si elle est double, en général il n’y a qu’une buté de gaine. Sur un pendulaire, la commande se fait au pied, à la main et parfois encore au pied pour l’instructeur. Dans ce cas il y a un dédoubleur qui concentre les trois câbles de commande.

 

Une fois le visuel sur les boisseaux, on peut contrôler leurs courses en accélérant à fond. Il n’est pas rare que la commande à main des pendulaire ne fasse pas monter les boisseaux à fond. Pour le savoir, il suffit de voir avec un doigt en poussant sur le boisseau vers le haut afin de contrôler qu’il est monté à fond lorsque la commande de l’accélérateur à main ou au pied est en buté. Répétez l’opération avec la commande au pied. Si tout va bien on peut commencer le contrôle.

 

Pour ajuster la position des boisseaux au ralenti :

 

- Remontez les capuchons de protection de gaine et contrôlez qu’il y a un peu de jeu entre la gaine et la butée de gaine. S’il n’y a pas de jeu ou s’il y en a trop ajustez environ 2 mm de jeu, qu’on appelle la garde, en serrant ou desserrant les butées à vis. Débloquez le contre écrou avec une clé plate de 9 puis serrez ou desserrez la vis.

Capuchon de protection

Vis de butée de gaine

- A présent, accélérez à fond avec une des commandes de gaz puis relâcher rapidement pour écouter si les boisseaux ‘claquent’ sur la vis de ralenti. C’est la grosse vis avec le ressort sur le côté gauche du carbu. Normalement s’il y a du jeu entre la gaine et la butée comme contrôlé précédemment, les boisseaux doivent être en butée sur chaque vis de ralenti. Si le réglage n’est pas bon, on entendra les deux boisseaux claquer sur les vis de ralenti.

 

- prendre un foret en bon état de 7.5 ou 8 mm. Le glisser entre le bas du boisseau et le fond du carburateur. Le glissement du foret doit être un peu ‘gras’ et le ressenti du déplacement doit être le même sur les deux carbu. Si le foret ne passe pas, faites le monter en serrant la vis de ralenti jusqu’à ce qu’il passe gras. Si au contraire le jeu entre le foret et le carbu est trop grand, desserrez la vis. Opérez deux ou trois coups d’accélérateur rapidement puis retour au ralenti. Re-contrôlez que le glissement gras est bien présent. Faites ensuite cette opération sur l’autre carbu.

 

Foret, réglage, manip de la commande puis re-contrôle.

 

Une fois que le foret glisse de la même manière sur les deux carbus, le réglage du ralenti est fait.

Vis de ralenti

Contrôle de la position au ralenti

Pour ajuster les boisseaux sur la position accéléré

 

- A présent accélérez progressivement jusqu’à ce que les boisseaux arrivent sur le haut du carbu. C’est à cet endroit qu’on peut le mieux comparer la hauteur de chaque boisseau. Plus vous vous rapprocherez du haut du carbu plus vous serrez précis dans le contrôle et le réglage.

S’ils ne sont pas identiquement placés il faut agir sur la tension de la gaine (ou le relâchement) avec la vis de butée sur le haut du carbu.

Boisseaux mal synchronisés

Position de contrôle

Quelques Astuces 

 

 - Si la différence est importante, il faut rattraper cette différence en répartissant le réglage sur les deux gaines. En effet, si la garde n’est pas très importante et que l’on soit obligé de desserrer trop la vis de butée de gaine, on a le risque de ne plus avoir assez de garde lorsque l’on sera sur le ralenti. Le boisseau n’ira pas en contact avec sa vis de ralenti. Il faut donc faire monter un peu un boisseau et faire descendre l’autre.

 - Agir sur la vis de butée après avoir desserrer le contre écrou et bloquez le contre écrou à chaque fois que l’on juge le réglage bon.

 

 - Lorsque les deux boisseaux sont à la même position, faites quelques aller et retour de l’accélérateur afin de faire monter et descendre les boisseaux plusieurs fois et refaite tous les contrôles.

Il faut qu’il y ai un peu de garde à chaque gaine, il faut repasser le foret afin de contrôler qu’il n’y ai pas eu d’incidence sur le réglage du ralenti et re-contrôlez la position des boisseaux  en position accéléré. Il n’est pas rare d’affiner les réglages en plusieurs fois.

Attention aussi lorsqu’on repositionne les capuchons de gaines. Si on les enfonce trop il peuvent faire bouger le réglage du fait de leur élasticité.

 

Lorsque le contrôle est terminé remontez le filtre à air ou le silencieux d’admission avec leurs éventuelles sécurités.

Mettre en route le moteur et le faire chauffer quelques minutes puis mettez le au ralenti. Si le régime est trop haut ou trop bas, couper le moteur et selon le besoin, serrer ou desserrer la vis de ralenti de ¼ de tour identiquement sur chaque vis des deux carbu et remettre en route. Répété l’opération autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que vous trouviez le réglage qui vous convient. En général c’est autour de 1800 à 2000 tr/mn.

 

- Contrôler le ralenti, c’est aussi contrôler le réglage de la vis de richesse d’air. C’est la petite vis en laiton qui se situe aussi sur la gauche du carbu. Cette vis doit être serré à fond (sans la bloquer fortement) puis desserré de ½ ou 1 tour selon les moteurs et les configurations. En règle général lorsqu’il y a un gicleur de ralenti de 45 c’est desserré de ½ tour et quand il y a un gicleur de ralenti de 55 c’est 1 tour.

Dans tous les cas, il faut se reporter aux préconisations du constructeur. Il existe une grille de réglage Rotax avec toutes les configurations selon le type de moteur.

 

« Une oreille de bon mécano permettra d’affiner le comportement du moteur sur le régime du ralenti en agissant sur cette vis de richesse. S’écarter de plus d’un demi tour dans un sens ou dans l’autre du réglage d’origine ne servirait à rien. »