Editorial ULMiste n°17

Article publié dans ULMiste n°17, août 2014

 

ULM pour tous

 

Mariage pour tous… manif pour tous… émission pour tous… crise pour tous… l’année 2013 aura été marquée par le « pour tous »… Et si l’année 2014 était celle de « l’ULM pour tous » ? Certains, parmi ses initiateurs et notamment quelques-uns des premiers à s’être impliqués économiquement dans l’affaire, l’espéraient ainsi. 

Mais pourtant, que faisons-nous, tous autant que nous sommes, pour promouvoir l’ULM ? Charité bien ordonnée commence par soi-même ? Votre magazine, alors, que fait-il ? A part être revenu en kiosques, notamment parce-que cela participe à la promotion, plutôt que de rester dans le vase clos des seuls abonnements ?

Nos instances représentatives ? La FFPlUM n’a pas de budget pour communiquer auprès du grand public. Nos vaillants clubs, que font-ils ? Des baptêmes, mais parfois très chers et pas toujours bien promus.

Des solutions simples existent : ne nous plaignons-nous pas de voler, sur nos biplaces, en solitaires la plupart du temps ? Amenons voler nos cousins, nos collègues, nos voisins, en leur proposant simplement, éventuellement, de participer aux frais, plutôt que de vendre nos vols à 100 € la demi-heure, tarif que rien ne justifie ! Proposons aux centres commerciaux, très demandeurs de ce genre d’initiative, d’exposer des machines pendant quelques jours, montrons-nous dans les manifestations qui ne nous concernent pas directement mais pourraient toucher un public qui nous concerne. Les Belges l’ont bien compris, qui exposent leurs ULM au salon du véhicule de loisirs depuis plus de dix ans et en retirent de très nets bénéfices !

Montrons-nous, soyons fiers ! Une manifestation quelconque dans les environs, un concours de labour, une fête foraine, un rallye automobile, une course d’autruches ? Allons nous y montrer*, en plus d’un but de promenade, nous ferons briller quelques yeux qui, peut-être, sans doute, pousseront bientôt la porte du club pour se renseigner !

 

Et cessons, surtout, de nous prendre pour une élite. Oui, nous sommes des êtres extraordinaires, littéralement parlant. Il n’est pas ordinaire de voler et encore moins en ULM. 15 000 pratiquants ne sont rien à côté des près de 70 Millions d’habitants de notre pays. Il suffirait pourtant de simplement doubler ce chiffre pour que tout le monde s’en porte mieux : vous, nous, les acteurs économiques, la fédé, l’assureur… pour cela, rendons l’ULM banal.

 

Allez, objectif pour 2014 : chaque pilote ULM doit ramener un nouveau pratiquant dans l’année ! Ce n’est peut-être pas si difficile !

 

Pierre-Jean le Camus