ULM au féminin Abbeville 2011

Article paru dans ULMiste n°6, octobre 2011

 

ULM au féminin, Abbeville, juillet 2011

 

« FEMME. n.f. [fam] (lat femina, femelle, puis femme) L’être qui dans l’espèce humaine appartient au sexe féminin ; la compagne de l’homme. » Voici pour la définition technique qu’en donne le Littré. Pour les mâles qui représentent l’écrasante majorité de l’espèce ULMique mais la minorité de l’humanité, elle reste cet être insondable et mystérieux que nous nous contentons d’aimer, à défaut de comprendre jamais « ce qu’elles veulent au juste », comme disait Freud, à peu près averti.

 

Pierre-Jean le Camus

 

Des femmes, il en est qui volent en ULM. Pas des masses, certes, mais pour la plupart, elles sont non seulement nos égales, mais peuvent en remontrer à bon nombre d’entre nous, du strict point de vue de leur pratique.

Ainsi Florence et son Nynja, pour qui Abbeville est une étape sur un voyage aérien vers la Suède. Patricia qui s’en revient de l’asexué championnat de France ULM pendulaire, au cours duquel, comme d’habitude, elle ne fut pas ridicule face à la testostérone, ce qui montre, accessoirement, que l’ULM est l’une des rares activités sportives qui fait de l’égalité homme-femme un principe indiscutable. Odile qui participait au rassemblement par webcam interposée, des fins fonds du Canada dont elle sillonne les cieux aux manchons de son pendule. Toutes celles et celles qui sont arrivées en vol des quatre coins du pays, seules à bord, même et y compris sur des trucs « d’hommes » à train classique et ce, malgré une météo douteuse.

Météo qui empêchera au nombre escompté de répondre présent, mais se montrera suffisamment coopérative pour permettre de nombreux et jolis vols locaux au-dessus de la baie de Somme et d’y admirer les phoques, qui auront suscité une petite pensée pour le compagnon resté au chaud à la maison.

 

Et alors ?

 

Quelle différence d’avec un rassemblement ULM ordinaire? Pas grande à première vue. Des machines posées dans l’herbe, des gens qui causent autour, essentiellement des mâles. Sauf que là où d’ordinaire les femmes ne sont que des accessoires que les ULMistes auront emportés avec eux au même titre que leurs tentes ou queues de cochon, ici ce sont elles qui commandent. Et ce sont les hommes qui font des concessions. Qui suivent le mouvement pour aller en bus visiter le « musée de la dentelle », comme diront quelques railleurs. Qui dégustent, (voire dévorent comme des affamés sans penser à celles et ceux qui suivent dans la file d’attente), les spécialités régionales amoureusement présentées. Qui suivent avec un intérêt pas forcément feint la conférence sur les phoques de la baie de Somme. Qui dansent galamment avec ces dames sur des musiques qui leur conviennent et s’en vont au lit de bonne heure et présentables. En gros, c’est ça un rassemblement ULM piloté par des femmes.

Tandis qu’un rassemblement ULM « normal », ça consiste plutôt à passer l’après-midi en mode glandage, à boire des bières en racontant la vie de son carbu. Le soir venu, trois merguez tiédasses dans un quignon de pain et du gros rouge. S’il y a de la musique (pas obligé), on essaie de la couvrir en beuglant encore nos histoires d’échappement ou des blagues salaces, on se finit jusqu’au petit matin au décapant local. Puis on se réveille n’importe où sans tellement se souvenir de la fin…

 

Quand les femmes prennent les choses en mains, elles nous montrent, finalement, qu’il ne faut pas grand-chose pour qu’elles s’intéressent à l’ULM, outre les joies du pilotage : un peu de douceur, un zeste de culture, un minimum de retenue et, au final, un rassemblement ULM au cours duquel on ne s’ennuie pas, qui donne la pêche, voire des complexes, qui donne envie d’y revenir, en emmenant madame la prochaine fois, histoire qu’elle voie par elle-même que son rôle de mère, grand-mère, ministre des finances et du reste, etc. est tout à fait conciliable avec l’ULM.

Et l’ULM, lui, y gagne un petit quelque chose de civilisé qui le ramène à une dimension plus abordable… quelque chose d’indéfinissable. De féminin, quoi…

 

La parole à l’organisation

 

Après des mois… presqu’un an quand même ! de préparatifs pour ce 8ème Rassemblement National des Femmes Pilotes, je pensais tristement, vendredi, le jour J, en regardant la manche à air devenir folle et les cumulus noircir le ciel, que la volée de moustiques motorisés dont j’avais rêvé, ne serait pas réalité !!

Mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté de toutes ces « douces dingues d’air » car dès samedi matin, la petite embellie céleste les fit venir de partout, en pendulaire, en multiaxes, en giro, à moto, en voiture… qu’importe ! il était hors de question de rater ça !!

34 pilotes femmes licenciées  FFPLUM dont 10 en pendulaire, 2 en autogyre, 22 en multiaxes, et des dames non licenciées  FFPLUM (3 paramotoristes et 4 pilotes belges dont 3 élèves de Baisy Thy) ont été enregistrées sur les trois jours . Chapeau bas mesdames !

Le nombre de repas servis passa de 43 le vendredi à une bonne centaine samedi et 76 le dimanche… tout cela avec de nombreuses «non réservations»… la décontraction ULMiste… chaud  chaud le buffet ! Avec quelques suées, l’équipe parvint à nourrir tout le monde ! Félicitations à tous pour votre compréhension lors des « couacs » dus à ces arrivées imprévues que nous ne pouvions tout de même pas refuser : quand on est ULMiste, on partage ! Là encore la réputation ne faillit pas, on se serra et on ajouta des couverts.

Merci au groupe d’organisation soudé qui a fait face avec le sourire et a su colorer ce rassemblement des mille couleurs de l’amitié  !

Merci aux Elus présents : M. Dumont, maire d’Abbeville, et M. Marseille, adjoint, M. Demarthe, Conseiller Général, M. Buisine, président de la Communauté de Commune, M. Mouton, Maire de Buigny St Maclou.

Toute notre reconnaissance à la Municipalité d’Abbeville pour les efforts colossaux consentis en matériel et en personnel, aux collectivités locales, à l’Association d’Exploitation de l’Aérodrome d’Abbeville et son président M. Monvoisin, aux clubs ULM de Berck et d’Arras, au «“Ciel Picard”, à son président M. Zobrist et  à ses adhérents pour leur aide précieuse, à Picardie Nature et enfin aux sponsors qui nous ont permis de gâter tous les participants.

Merci à ULMiste qui a offert un abonnement à toutes les pilotes femmes et a partagé cette manifestation avec nous.

Je salue particulièrement Dominique Méreuze et son épouse Yvette, présents dès vendredi et notre Fédération, présente sur tous les fronts et plus que jamais solidaire de notre section féminine brillamment animée par Monique Bouvier. Notre reconnaissance n’a d’égale que notre fierté d’y appartenir.

Et bravo à tous les messieurs venus en tant qu’accompagnateurs, instructeurs, compagnons, camarades de vol, visiteurs futurs ULMistes, ou amis simplement, dont les rires et les voix graves se sont harmonieusement mêlés à ceux des dames de l’assemblée. Ce rassemblement féminin est  tout sauf sexiste et les messieurs, par leur  aide, leur sens de l’humour et leurs attentions  ont démontré qu’ils l’avaient bien compris. Tous sont conviés au prochain Rassemblement, en 2012 , qui aura lieu à Niort début juillet.

Je ne peux m’empêcher de citer la Vallée et La Baie de Somme qui se firent encore plus belles et ensorcelantes que jamais …

 

Sylviane Chamu

 

U6Abbeville (11).jpg

U6Abbeville (11).jpg

U6Abbeville (10).jpg

U6Abbeville (10).jpg

U6Abbeville (9).jpg

U6Abbeville (9).jpg

U6Abbeville (8).jpg

U6Abbeville (8).jpg

U6Abbeville (7).jpg

U6Abbeville (7).jpg

U6Abbeville (6).jpg

U6Abbeville (6).jpg

U6Abbeville (5).jpg

U6Abbeville (5).jpg

U6Abbeville (4).jpg

U6Abbeville (4).jpg

U6Abbeville (3).jpg

U6Abbeville (3).jpg

U6Abbeville (2).jpg

U6Abbeville (2).jpg

U6Abbeville (1).jpg

U6Abbeville (1).jpg